À l’occasion de la 23e édition du Congrès Mondial de l’Obésité (IFSO) qui s’est tenue à Dubaï du 26 au 29 septembre derniers, deux des trois chirurgiens du Centre chirurgical de l’Obésité de Toulon (meilleur centre de PACA selon le palmarès 2018 de l’hebdomadaire Le Point) ont partagé leurs retours d’expérience.

 

Les deux chirurgiens ont notamment préconisé l’usage de pratiques chirurgicales visant à diminuer le risque d’hémorragie post-intervention. Ils ont également fait un point sur le lien existant entre la réalisation d’un nombre important d’interventions et la diminution du taux de complications pour leurs patients. « Il est nécessaire d’acquérir un maximum d’expérience en multipliant les opérations chirurgicales pour se perfectionner et améliorer l’état post-opératoire de nos patients », ont-ils déclaré. Mais ce ne sont pas simplement les chirurgiens qui acquièrent de l’expérience au cours de ces opérations mais bien l’ensemble des maillons indispensables au parcours de soins : les infirmières du service de soins, l’équipe d’anesthésistes ou encore le personnel du bloc opératoire.

 

Ce sujet met l’accent sur une problématique sensible, inhérente à l’image des centres de l’obésité par les patients. Nos centres sont souvent perçus comme « des usines, dont l’unique finalité est de générer des profits au lieu de se focaliser sur la qualité de prise en charge empathique et humaine de leurs patients. Evidemment, il n’en est rien ! »

 

Le « PROM » (Patient Related Outcome Measurements) ou « l’évaluation RAP »  (Résultat Attendu par le Patient) a également été abordé. Cela consiste à privilégier une amélioration de la qualité de vie du patient post-interventionnelle en dépit d’une perte pondérale moindre.

 

Ce type de congrès ouvre la porte à de nouveaux projets et conduit parfois à identifier des pistes d’amélioration des pratiques préexistantes au sein des établissements y participant. Les échanges de bonnes pratiques entre praticiens offrent de nouvelles perspectives d’évolutions et permettent bien souvent de solutionner des points bloquants qui n’auraient pu être résolus individuellement.